fbpx

Arnaque immobilière : comment ne pas tomber dans le piège lors d’une vente ?

Devenir propriétaire d’un bien immobilier est le rêve de tous les Français, toutefois, l’achat et la vente immobilière exige une grande précaution étant donné la somme engagé dans la transaction. En effet, une seule transaction peut atteindre plusieurs milliers d’euros, et comme dans tout autre marché, cela peut attiser la convoitise des investisseurs moins scrupuleux. Alors, quels sont les pièges dans la vente immobilière ? Quelles sont les précautions à prendre pour les éviter ? Explication.

Paiement : vérifier avant de payer

Avant de verser une somme, même un acompte auprès d’un vendeur immobilier, il est de mise de s’assurer des différents points concernant le bien en question. Il est important de procéder à des vérifications minutieuses avant de signer un chèque ou de payer en cash. Prenez le temps de vérifier le bien mis en vente, que ce soit lors d’une transaction entre particulier à particulier, ou que vous faites appel à une agence immobilière.

Assurez-vous que la personne que vous avez contactée est solvable, qu’il n’a aucun antécédent judiciaire et que le bien ne fait pas l’objet d’un litige. Sachez qu’en tant qu’acheteur, vous pouvez très bien poser des questions, demander des informations afin de vous assurer que la transaction est sécurisée. Il n’est pas rare que des personnes proposent en vente des maisons dont elles ont l’accès mais dont elles ne sont pas propriétaires.

Acte de vente : passer chez le notaire

Si vous souhaitez écarter tout danger, demandez un acte de vente signé en bonne et due forme chez un notaire. Que vous êtes un acheteur à la recherche d’un bien à acquérir ou un vendeur immobilier qui désire rendre la transaction transparente, l’acte de vente notarié est la seule solution qui s’offre à vous surtout pour mettre hors-jeu les moins scrupuleux. Sachez qu’il existe des agences immobilières qui travaillent avec des notaires confirmés pour sécuriser les transactions immobilières afin de ne pas léser aucune partie.

Diagnostic immobilier : pour éviter les malfaçons

L’un des pièges à éviter en matière de vente et d’achat immobilier est la présence des malfaçons. Pour ce faire, la solution est d’effectuer un diagnostic immobilier. Certes, le vendeur devra présenter ce document aux futurs acheteurs, mais ces derniers peuvent demander une contre-expertise afin de vérifier la véracité des mentions contenues dans le document.

Sachez qu’il est du devoir du vendeur de présenter ce document afin d’assurer la sécurité et de ne pas exposer aux dangers les personnes qui occupent le bien. Le diagnostic immobilier concerne entre autres le diagnostic plomb, amiante, termites et gaz naturel. Au cas où ces documents manquent aux papiers administratifs attestant le bien, vous devrez vous poser des questions au risque de conclure une transaction que vous allez regretter plus tard.

Surface du bien immobilier : vérifier ce que dit la loi

La surface d’un bien immobilier ne doit pas être en dessous de 9m² comme le stipule la loi Carez de 1997. Veuillez donc vous assurer que le bien que vous souhaitez acquérir ne soit pas en dessous de cette mention au risque de ne pas pouvoir le mettre en location. Assurez-vous également de vérifier les charges inhérentes à l’entretien des espaces communs, du chauffage, des évacuations sanitaires, des frais de gardiennage s’il y a lieu, des frais d’entretien si vous achetez une copropriété. Ce point est important puisqu’au final ces charges annuelles peuvent alourdir votre budget.